1995
durée: 32'30"

Entre 1992 et 1995, j'ai demandé à des habitants de Sarajevo de me raconter leurs rêves. Un ou plusieurs, avec ou sans rapport avec la guerre, mais tous rêvés pendant le siège de leur ville. Après plus de trois ans
de guerre, de souffrances et d'illusions brisées, à quoi peuvent donc encore rêver les assiégés de Sarajevo ?
L'avancée inexorable du désert gagne petit à petit du terrain sur la ville et ses rêveurs, en éclipsant le souvenir de la mer, cette mer si souvent rêvée.

traduction: tamara straus
mixage: denis séchaud
réalisation: bruno saparelli
production: bruno saparelli & actua-films
avec le soutien du département des affaires culturelles de la ville de genève

"A Sarajevo, il y a beaucoup de rêves qui finissent
très souvent par des détonations d'obus ou par
les pires images de la réalité.
Je ne peux pas me rappeler ces rêves, mais par contre,
ces images de la réalité vont rester dans ma mémoire
jusqu'à la fin de ma vie.
Je vais vivre avec ces images toute ma vie.
A Sarajevo, même les rêves souffrent."
Zeljko Bralo, avril 1993

"Sarajevo, lueurs de rêves" a obtenu la Prime à la qualité du Service des affaires culturelles du Canton de Genève en 1995